Statistique des verrieries dans le Département de la Loire

extrait de l'ouvrage "Statistique Département de la Loire", 1818 édition du Cheminal

 

Introduction

Ce site est consacré aux David Verriers, les David de Servance et au dernier d'entre eux, Antoine DAVID, né à Rive de Gier en 1858, mort a Alès en 1935. Il a subi l'ascenseur social dans le mauvais sens, alors que son fils Laurent DAVID a bénéficié d'une réussite sociale exemplaire en devenant DIrecteur d'une Mine de 3500 ouvriers à Alès. Le présent article, obtenu avec l'aide de Google Books, donne des informations sur le contexte industriel de l'époque et sur l'Eldorado que constituait la cité industrielle de Rive de Gier et ses verreries.

 

Extrait de l'ouvrage Statistiques du Département de la Loire

 

Il n'y a de verreries, dans le département, que dans ln seule ville de Bive-de-Gier, arrondissement de Saint-Etienne , et l'existence de ces établissements ne remonte qu'a 1787 Les premiers progrès furent très-rapides et‘ allèrent toujours croissants jusques en 1809; à cette époque , les produits annuels s'élevaient à plus de 1,500,900 francs; mais la continuation de la guerre , en mettant obstacle à l'exportation des huiles et des vins en bouteilles, par les ports du Midi et de l'ouest, avait singulièrement ralenti la fabrication de verre à bouteille. La paix dont nous jouissons l'a ranimé, et sans doute elle prendra maintenant de jour en jour de nouveaux développement.

Le nombre des‘ verreries de Rive-de-Gier est de

  • 8 verreries ‘a verre noir,
  • 2  verreries à verres a vitre,
  • I l verrerie à verroterie.

 

Verrerie à Verre noir

Les 8 verreries à verre noir s’occupent exclusivement de la fabrication des bouteilles. Elles emploient journellement 288 ouvriers et 24 chevaux. Elles travaillent l0 mois de l'année. Les produits annuels peuvent s’élever à 5,590,000 bouteilles, valant sur les lieux  605,000 flancs. Pour cette fabrication on consomme :

En ‘terre réfractaire pour la valeur de 56,800.

Sable, idem. . . . . . 55,600.

Sable du Môme, idem. . . . . . 44,300.

Cendres , idem. . . . . . 53,000.

Sonde , idem. . . . . . 112,000. .

Houille , idem. . . . . . 99,600.   ‘

Tootal. de.valeur des matières. 409,800 Francs


De sorte qu'il reste une somme de 195,200 fr. pour représenter le salaire des ouvriers, l'entretien des usines, des chevaux, les impositions, intérêts de capitaux , etc., et les bénéfices. Les bouteilles s'exportent dans le Midi de la France , et principalement à Marseille , d'où elles sont envoyées vides en Italie, et pleines de vins ou d’huile dans le Nord de l’Europe et pour l'Amérique; on en expédie aussi dans l'ouest du royaume, par le canal de Languedoc jusqu' à Bordeaux, et enfin dans les départemens de  Bourgogne , de la Franche-Comté et de la Champagne.

 

 

Verreries à Verre a vitre.

Les deux fabriques de verres ‘a vitre occupent 560 ouvriers et 10 chevaux. Le produit de la fabrication annuelle en verres de toutes dimensions peut s'élever à 560,000 feuilles , et la valeur des matières employées à 585,400 francs; Savoir :

Terre réfractaire. . . . . . . . 12,000.

Sable de Bourgogne. . . . . . . 8,600.

Alcalis. . . . . . . . . . . . . . 288,000.

Houille. . . . . . . . . . . .   54,400.

Bois................' 22,400.

La plus petite dimension des verres à vitre est de 9 pouces ‘sur 7 (244 sur 180 millimètres); la plus grande, 24 pouces sur 36 (650 sur .975 millimètres) La plus petite dimension vaut 12 centimes 112, et la plus grande, 6 francs. L'exportation a lieu pour tout le royaume; on en expédie aussi beaucoup en Italle et en Espagne, par Marseille.

 

Vannerie.

Cette fabrique n’occupe que 9 ouvriers; le produit annuel, en objets divers, en verre commun, peut être calculé à 40,000 francs. L'achat des matières employées s'élève à 24,000 fin; reste‘ 16,000 francs pour représenter les salaires des ouvriers, entretien des usines, etc. , et bénéfices. La verroterie est expédiée a lyon et dans le midi

La seule ville de Roanne possède, depuis près de 30 ans , des manufactures de ce genre. On y compte 5 fabriques de poterie commune et vemissée, lesquelles occupent 10 ouvriers , qui gagnent 2 francs a 2 francs 50 centimes par Jour. La ville a aussi une manufacture de faïence , où 5 ouvriers sont employés. Les produits de ces étnblissemens sont peu considérables , mais aussi le combustible et la main d’œuvre forment la seule dépense qu'ils nécessitent ; la matière première se trouve sur les lieux , et pour ainsi dire, sous la main des ouvriers. La poterie et la faïence sont vendues sur les lieux memes. Voir l'Histoire du canal Rive-de-Gier